Biographie

La vie de Jean Image.

D’origine hongroise, Jean Image (Imre Hajdu de son vrai nom) est né à Budapest. Tout jeune, il se plait à recouvrir de dessins les marges de ses livres. Il suit les cours des Arts Décoratifs à Budapest puis à Berlin. Il travaille le dessin classique, mais son amour inné de la décoration le dirige vers la publicité. Le dessin publicitaire l’emmène tout naturellement au dessin animé publicitaire. Il sort 12 petits films en améliorant chaque jour sa technique dont il crée les bases solides dans un stage fait à Londres en 1937. Tout en réalisant des films publicitaires pour (Les Lampes Tungsram, Vivor, Cire Abeille et Javex), Jean Image illustre des albums d’enfants (Princesse clé de sol, Mouki l’écureuil à queue noire, Fantaisie de Paris, La Boîte à Surprise) où l’on trouve plus d’un des personnages qu’il animera dans ses films.

Pendant les années 1938 à 1942

Il enseigne le dessin animé chez Paul Colin. Là il choisit les éléments pour la réalisation de ses films et il forme des techniciens du dessin animé. En 1939, il fait un premier film non publicitaire, Le loup et l’agneau. Ce court métrage, allégorique, à tendance politique antihitlérienne a été détruit pendant la guerre.

C’est « Rhapsodie de Saturne » en 1947 qui révèle au public la personnalité de ce dessinateur qui grâce à son courage et à sa persévérance, deviendra son propre producteur.

En 1950

Applaudi par un critique élogieuse, Jean Image sort « Jeannot l’intrépide », premier long métrage d’animation français en technicolor. Il entame alors une carrière internationale et ne cesse de tourner film sur film.

Il réalise le long métrage « Bonjour Paris », dont Jean Cocteau écrira la préface. Cette même année, au Festival de Cannes, Jean Image et Walt Disney font connaissance et sont photographiés ensemble. Le film « Bonjour Paris » est remarqué par un distributeur américain qui le vend à la télévision américaine où il obtint un vif succès.

Entre 1953 et 1960

Jean Image produit et réalise plusieurs courts-métrages d’animation dont « Monsieur Victor » ou La « machine à explorer le temps », commenté par Francis Blanche et « le petit peintre et la sirène »; Brigitte Bardot, vedette du film, a déclaré à propos de la sirène, « j’accepte qu’on me copie en dessins animé », faisant allusion aux starlettes qui tentaient de l’imiter.

En 1959

La ville d’Annecy propose à Jean Image et à ses amis animateurs, de créer à Annecy le premier festival annuel du film d’animation. Ce fut un évènement de première importance pour le développement du dessin animé dans le monde entier. Ce festival se déroule chaque année depuis 40 ans.

De 1960 à 1969

Les séries de télévision « Les aventures de Joe », « Picolo et Picolette », « Kiri le Clown » sont diffusées par l’ORTF avec un tel succès que des produits dérivés (jouets, livres, albums de coloriage, porte-clés, pyjamas, disques, etc…) sont fabriqués et vendus à des millions d’exemplaires. Le studio Jean Image devient mondialement célèbre.

De 1968 à 1969

Jean Image s’attaque à la réalisation de « Aladin et la lampe merveilleuse ». La sortie prévue à ce moment est Pâques 1970. En dix mois, pour respecter les délais de livraison promis au distributeur, il travaille jour et nuit avec une équipe enthousiaste dont Denis Boutin, Guy Lehideux, Francis Williaume, Henri Virjoleux (qui a magistralement rendu la voie du magicien). Le film remporte un succès énorme.

En 1970

La série Au clair de lune, réunissant des personnages inspirés du théâtre Del Arte et Les animaux de la terre est diffusée avec succès par l’ORTF, mais la télévision ne passe pas de nouvelle commande à Jean Image. En effet, les dessins animés Japonais commenceront à submerger le monde entier aux heures prévues pour la jeunesse à la télévision.

En 1972

Jean Image entreprend la production de « Joe petit boom boom », long-métrage d’animation, d’après la série Les aventures de Joe.

En 1973

Jean Image ouvre sur la Côte d’Azur une école de dessin animé par correspondance « l’Institut Français d’Animation Jean Image ». Cette école de renommée mondiale, forma de nombreux élèves.

Jean Image avec l’aide de ses amis Cannois organise Anima Cannes 74, le premier et seul festival d’animation qui ait eu lieu au Palais des festivals.

En 1975

Tout en voyageant sans cesse dans le monde afin de présenter ses films dans des festivals à l’étranger, Gijon en Espagne, Téhéran en Iran, ou la Chabanon (impératrice) organisait à titre personnel un festival de films pour la jeunesse. Il réalise « Pluk naufragé de l’espace ».

De 1977 à 1978

Jean Image entreprend la plus difficile production de sa carrière, « Les fabuleuses aventures du Baron de Maunchausen ». Malgré une grève de l’équipe, le film fut achevé et mondialement vendu. Il fut sélectionné au festival de Moscou, où il obtint plusieurs prix. Jean Image sort lui-même son film dans plusieurs grandes salles parisiennes et en province. Les critiques sont une fois de plus élogieuses.

En 1983

Antenne 2 fait appel à Jean Image et lui commande « Le secret des sélénite », long métrage, suite du « Baron de Maunchausen » et que la presse accueille très favorablement. La même année Jack Lang, ministre de la culture, lui attribue le grade pour avoir contribué à la défense du dessin animé français, dans l’ordre national du mérite.

Du 20 décembre 1983 au 20 Janvier 1984

La Mairie de Paris lui consacre une grande exposition, « L’Art du dessin animé ». C’est au cours de cette manifestation que Jacques Chirac, alors Maire de Paris, décore Jean Image de la grande médaille de Vermeil de la ville de Paris.

Il se consacre de plus en plus à son école de dessin animé par correspondance et réalise une série intitulée « Les aventures de Jeannot ».

En 1987

Jérôme Clément, Directeur Général du Centre National de la Cinématographie lui remet la médaille de l’Ordre National des Arts et Lettres.

En 1989

Souhaitant produire un long-métrage tiré des « contes des Milles et une nuits Sheherazade », il réalise un pilote de cinq minutes. Le film ne put être terminé, Jean Image décède le 25 octobre 1989.

Claude Santelli, grand écrivain et ami de Jean Image dira « ma tristesse est grande aujourd’hui, c’est un des pères noêl de la France qui vient de nous quitter. »

La fille de Jean Image, Marie-Luce, qui participa avec lui à plusieurs de ses productions, est aujourd’hui directrice de production dans une grande société de films d’animation.

 
 

Pour toute question ou commentaire concernant Jean Image, Veuillez nous contacter à l'adresse suivante jeanimage@bell.net